Bienvenu

Bienvenue ! Sur ce site, vous trouvez une belle sélection de propriétés résidentielles, de villégiature, commerciales et agricoles situées dans le Québec méridional. Ces domaines privés hors du commun pourraient bien correspondre à vos rêves ou vos projets.


Martina Hoft
Courtier immobilier et
hypothécaire agréé
Cell : 514.206.2589
info@domainesquebec.com

Baie_dUrfeLa ville de Baie d'Urfé occupe un territoire de 6 kilomètres carrés qui s'étend sur la rive nord du lac Saint-Louis, dans la partie ouest de l'Île de Montréal. La ville est délimitée à l'ouest par le campus du collège Macdonald de Sainte-Anne-de-Bellevue, au nord par l'autoroute
Transcanadienne et à l'est par la limite ouest de Beaconsfield. Baie d'Urfé est traversée dans le sens est-ouest par un important corridor de transport routier et ferroviaire, qui regroupe l'autoroute 20 et les voies ferrées du Canadien National et du Canadien Pacifique, qui relient Montréal à l'Ontario et à l'Ouest canadien. Les deux tiers de Baie d'Urfé situés du côté sud du corridor de l'autoroute 20 ont une vocation résidentielle, alors que le tiers nord, entre les autoroutes 20 et 40, est affecté à l'aménagement d'un parc industriel.

 

 

La population de la ville en 2001 était d'environ 3800 personnes. Quant à nous qui avons la chance d'y vivre, c'est un merveilleux endroit

Baie d'Urfé est située près de l'extrémité ouest de l'île de Montréal, le long de la rive nord du lac Saint-Louis. La zone résidentielle s'étend entre l'autoroute 20 et le chemin Lakeshore et regroupe près de 4000 résidants.

Baie d'Urfé se caractérise par ses maisons individuelles entourées de vastes terrains. Elle a conservé un charme champêtre qu'accentuent des rues sans trottoirs et des activités commerciales restreintes. Elle est le lieu de prédilection des plaisanciers qui utilisent les quais environnants. Les citoyens ont à leur disposition quatre terrains de baseball et cinq terrains de soccer. Trois des parcs de Baie d'Urfé se distinguent : le parc Fritz, avec son kiosque et son accès au lac; le parc Berthold où a été érigé un monument à Jean de la Londe, premier colon de Baie d'Urfé; et enfin le parc Allan's Hill, avec sa colline qui fait la joie des amateurs de toboggan et des jeunes skieurs.

En plus de deux écoles primaires publiques, Baie d'Urfé compte l'école Alexander von Humboldt qui dispense l'enseignement en allemand et qui est très appréciée par la communauté. La municipalité est pourvue de très belles habitations aux abords du lac Saint-Louis.

La qualité exceptionnellement élevée du niveau de vie que vous retrouvez dans cette collectivité provient d'une tradition de gouvernement locale responsable et de participation des citoyens qui existe depuis longtemps. La situation financière saine de la ville, ses efforts à réduire le fardeau fiscal des contribuables et la valeur croissante du secteur immobilier font des résidences de Baie d'Urfé des investissements sûrs.

Une carte de la ville de Baie d'Urfé est disponible ici

PETITE HISTOIRE DE BAIE D'URFÉ
par Christine Goodey et Antonia Sanchez; traduit par Bernard Lacasse

Le nom de Baie d'Urfé fait référence à deux choses: la baie située entre l'hôtel de ville et la pointe Caron, et l'abbé d'Urfé, un prêtre qui a servi cette collectivité il y a plus de 300 ans. Une carte officielle datant de 1702 identifie déjà l'actuelle pointe Caron comme étant la pointe d'Urfé; et la« Baie Durfie » est clairement indiquée sur les cartes officielles du gouverneur James Murray remontant à 1761.

C'est en 1663 que l'Ordre des sulpiciens acquit la Seigneurie de l'Île de Montréal, en assumant toutes les responsabilités civiles et religieuses et répondant aux besoins en matière d'éducation. Ils cédèrent des bandes de terre à l'ouest à des fins de colonisation et aussi de protection. La paroisse de Lachine fut ainsi créée en 1676 et, plus tard, notre paroisse de Saint-Louis. La pointe Saint-Louis, appelée aujourd'hui pointe Caron, fut choisie comme site de la nouvelle église. En 1685, l'évêque de Québec fit la tournée de la nouvelle paroisse, accompagné entre autres de Jean de la Londe, notre premier colon et bedeau de l'église. François Saturnin Lascaris d'Urfé fut nommé curé de cette nouvelle paroisse. Depuis son arrivée en Nouvelle-France en 1668, ce descendant de l'aristocratie française avait parcouru la région en tant que prêtre missionnaire.

Le registre paroissial recèle une foule de renseignements sur cette époque. La première inscription est un mariage et la dernière, un décès. Le danger était omniprésent dans cet avant-poste situé au bord de l'eau, au beau milieu de la forêt vierge. À l'automne de 1687, huit hommes furent tués lors d'une attaque menée par les Iroquois. L'un d'eux était Jean de la Londe. Peu après, le registre et l'administration de la paroisse furent rapatriés à Lachine et l'abbé d'Urfé retourna en France. Il existe des preuves que quelques familles demeurèrent sur place et continuèrent d'y cultiver leur terre. Lorsque le registre de Saint-Louis fut réouvert en 1703, on choisit de reconstruire l'église sur un site protégé par le Fort Senneville et plus près des rapides. Plus tard, le curé, M. de Breslay donna à la paroisse le nom de Sainte-Anne.

La paix régnait au début du 18e siècle et les habitants purent transformer cette région sauvage en terres agricoles. Les familles grandissaient et les terres furent subdivisées pour les générations suivantes. La majorité des habitants étaient bûcherons et pêcheurs et plusieurs faisaient aussi le commerce des fourrures. Certains d'entre eux étaient artisans, forgerons, charpentiers, charrons, bourreliers et maçons

Bien que les fermes donnaient toutes sur le fleuve, la principale voie de communication à l'époque, un édit de 1706 obligeait tous les seigneurs et leurs locataires à maintenir ouverte une route reliant chacune des fermes. Dans notre région, cette route étroite longeait le fleuve, passant entre l'eau et les maisons. Ce n'est qu'au début du 20e siècle qu'on lui donna son tracé actuel.

Au milieu du siècle, des conflits en Europe entraînèrent la guerre en Amérique du Nord. Même la nature semblait être contre les habitants, leur infligeant ses durs hivers et appauvrissant les récoltes. Le retour de la paix annonça le retour de la prospérité. Étant située à proximité du confluent du St-Laurent et de la rivière Ottawa, deux grandes routes menant à l'intérieur du continent, notre région a toujours éte témoin de l'histoire et du développement de notre pays. Les expéditions des explorateurs, le commerce des fourrures, puis celui du bois, du transport des passagers et des marchandises firent de nos deux rivières de grandes routes commerciales.

Les premières écluses de Sainte-Anne furent construites en 1843. Le chemin de fer du Grand Trunk (aujourd'hui le CN) commença à desservir la région en 1855, coupant les fermes en deux mais apportant aussi emplois et prospérité. Le Canadien Pacifique suivit dans les années 1890, sur une voie parallèle à celle du CN; plusieurs trains faisaient quotidiennement la navette, rendant ainsi la région accessible à tous. Notre gare s'appelait Bayview Station.

C'était une période de grande prospérité à Montréal et plusieurs riches marchands étaient à la recherche de maisons de campagne ou de fermettes. Au fil des ans, ils achetèrent les propriétés au bord de l'eau et les vieilles fermes familiales furent subdivisées pour faire place à une collectivité en plein développement.

En 1866, le creusement d'une cave au bout de la pointe Caron révéla les restes d'un cimetière ainsi que les fondations de la chapelle. Les ossements de 26 personnes furent exhumés et transportés à l'église de Sainte-Anne où, après un service solennel en présence de nombreux descendants, ils furent placés dans un seul caveau.

En 1902, quelques résidants férus d'histoire firent circuler une pétition pour que la gare soit rebaptisée gare de Baie d'Urfé. Lorsque qu'on discuta de la constitution de la ville en 1910, le nom de cette dernière était donc tout trouvé.

Ceux qui exigèrent la constitution de notre ville incluaient James Birchenough, Alfred Brunet, Olibrious Constantineau, William E. Davis, Vivian de Vere Dowker, Pascal Deslauriers, James St. George Dillon, G. Edward Gudewill, Edward Maxwell, James Morgan, Joseph Aldéric Ouimet, et David Poe. La charte fut accordée en 1911 et la première assemblée du conseil eut lieu le deuxième lundi de juillet. Il n'y eut pas d'élection; le premier maire de Baie d'Urfé, Vivian de Vere Dowker, et ses conseillers municipaux, Moise C. Bezner, Alfred Brunet, Charles E. Gudewill, Norwood M. Lash, Edward Maxwell et Fred J. Shaw, furent élus par acclamation. C'est lors de cette première assemblée que M. James Morgan annonça qu'il ferait don d'une propriété au bord de l'eau pour la construction de l'hôtel de ville, l'aménagement d'un parc pour le bénéfice de tous les citoyens et d'une rue portant aujourd'hui son nom. M. William Lyall fit aussi don d'une propriété au bord de l'eau en face de sa maison. En octobre 1912, M. Morgan donna officiellement à la ville la petite maison de ferme blanche pour qu'elle devienne l'hôtel de ville. M. Edward Maxwell, architecte de renom, se porta volontaire pour en faire les plans et superviser les rénovations.

C'était une nouvelle ville. Elle fournit des services municipaux et adopta des règlements de construction, de zonage et de financement. Elle conclut une entente avec le Vaudreuil Springs Syndicate pour son approvisionnement en eau au cours des prochains 25 ans. L'eau circulait par gravité dans des tuyaux semblables à des barils. Toutefois, le système était sujet à des bris fréquents de sorte qu'à l'expiration du contrat, les résidants durent creuser des puits sur leurs terrains. Ce n'est qu'en 1967 qu'un système d'aqueduc fut installé.

La construction et l'ouverture du Collège MacDonald donna un nouvel essor à la région. À Baie d'Urfé, de nouveaux lotissements et de nouvelles rues furent planifiés, plus particulièrement dans College Green et sur le chemin Morgan; mais les guerres et la dépression mirent un frein à ces projets. À la fin de la guerre, certains de ces projets furent repris et de nouveaux furent mis en oeuvre à Baie d'Urfé et dans les secteurs avoisinants. À l'exception de la construction résidentielle, d'autres projets réalisés dans la région ont influencé notre ville et ses habitants, notamment l'Hôpital militaire et les Imprimeries Garden City, cette dernière étant la première véritable industrie de la région.

L'automobile devenait de plus en plus populaire et la circulation était de plus en plus dense sur le chemin Lakeshore. Cette route menait à Ottawa et à Toronto et ses usagers devaient prendre le traversier à Sainte-Anne. Le pont Galipeault fut construit en 1924, créant ainsi le premier lien entre l'île de Montréal et l'île Perrot et les autres points à l'ouest. C'était au début un pont à péage, autant pour les automobilistes que pour les piétons.

En 1927, le Prince de Galles (qui devint Edward VIII puis duc de Windsor) visita la région durant sa tournée du Canada. Il rendit visite aux vétérans de la guerre, fut reçu avec tous les égards à Sainte-Anne et offrit des pivoines primées à la ville de Baie d'Urfé.

Baie d'Urfé se développa très lentement dans les années 1930 : le recensement démontre que sa population n'a augmenté que de 25 personnes entre 1931 et 1941. Les temps étaient difficiles. Plusieurs maisons étaient abandonnées; mais la vie de ceux qui demeuraient ici à l'année était très agréable, remplie de petits plaisirs quotidiens. C'est en 1931 qu'eut lieu la première élection depuis la constitution de la ville.

Au début des années 1940, notre ville subissait les contre-coups de la Deuxième Guerre mondiale. Les fils de ses familles partaient à la guerre. Le Collège était utilisé pour l'entrainement des militaires. La voie nord du boulevard Métropolitain fut complétée en 1940 mais celle du sud ne le fut qu'en 1947 et de nombreux convois devaient donc emprunter le chemin Lakeshore.

La fin de la guerre entraîna d'importants changements. Dès 1946, nombre de nouveaux résidants s'établirent principalement sur la pointe Caron et les chemins Morgan, Lakeview et Lakeshore. L'Association des résidants fut fondée le 8 avril 1947 dans le but d'encourager la participation des résidants aux activités et aux affaires municipales. L'Association lança le mensuel Entre nous en juillet de cette même année.

Dans les années 1950, Baie d'Urfé connut une telle croissance que sa population quintupla. À mesure que les fermes faisaient place au développement résidentiel, des règlements durent être modifiés et les services accrus et améliorés. Jusqu'alors, les écoles et les églises de la région avaient su répondre aux besoins de la population. L'école Dorset fut construite en 1958, l'école Oakridge (Alexander von Humbolt) en 1959 et l'école Corpus Christi (maintenant Joseph Henrico) en 1964. L'église presbytérienne St. Giles (maintenant le Temple Dao En) fut érigée en 1957. Le Centre Whiteside Taylor ouvrit ses portes en 1969; il abritait une école maternelle, une bibliothèque ainsi qu'un atelier d'artisanat et incluait un bureau pour les infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada.

Des structures d'accueil furent aussi mises en place pour les loisirs, comme le Coop en 1954. Il y avait aussi des associations d'artisanat et celle de la bibliothèque, le Club de patinage artistique, le Yacht Club, le Club de voile et le Club de curling pour n'en nommer que quelques-uns. Le lac servait aux activités du Club de natation mais, comme il était pollué, deux piscines furent construites au cours des années 1960. En 1997, elles furent remplacées par notre nouvelle piscine.

La distribution de courrier débuta en 1957, ce qui mit fin à de joyeuses rencontres aux endroits de cueillette du courrier. En 1959, un service de police remplaça le constable local aidé de la Police provinciale. Ce service fut disponible jusqu'en 1971 lorsque les services policiers et d'autres services furent incorporés à la Communauté urbaine de Montréal. Le Service des pompiers volontaires de Baie d'Urfé fut créé en 1961. La première entreprise commerciale de la ville fit son arrivée avec les années 1960 : le garage Cooper (l'actuel édifice des travaux publics de la ville). Puis vint le Centre commercial en 1967. Détruit lors d'un incendie en 1980, il fut reconstruit l'année suivante.

Le parc industriel fut lui aussi aménagé dans les années 1960. La première usine y ouvrit ses portes en 1970 mais le parc se développa très lentement jusqu'au milieu des années 1980. Il compte aujourd'hui 72 usines occupant 85 % de son territoire. Un règlement de zonage adopté en 1985 permit la construction de résidences multi-familiales au sud de l'autoroute. Les premières maisons en rangée et les premiers appartements furent construits en 1987.

Nos règlements de zonage ont toujours favorisé l'établissement de parcs; Baie d'Urfé a donc la chance d'en compter plusieurs. De plus, le parc Bertold fut donné à la ville dans les années 1950; cette dernière fit ensuite l'acquisition de la côte Allan en 1972 ainsi que celle du parc Fritz et du Centre communautaire en 1979. L'histoire de notre ville a toujours suscité un vif intérêt, depuis la parution en 1902 dans The Gazette d'articles signés par un résidant du nom de Padus en passant par le manuscrit rédigé dans les années 1930 par le Dr. Pirie qui érigea une croix devant sa maison à la mémoire des premiers colons, jusqu'aux recherches et au bref historique écrit par le conseiller Herbert Brookhouse en 1954, et enfin aux écrits du maire Tommy Lee qui, non seulement fit des recherches, mais sut intégrer notre histoire à notre présent. En 1959, il corrigea officiellement l'orthographe du nom de notre ville. En 1961, il définit les armoiries de la ville qui sont une réplique exacte des armoiries de l'Abbé d'Urfé telles qu'elles ont été gravées sur la base de son calice conservé au Musée Notre-Dame. Cette année-là , les célébrations commémorant le 275e anniversaire de l'ouverture du registre de la paroisse de Saint-Louis et le 50e anniversaire de la constitution de la ville inclurent le dévoilement du monument Cairn sur les terrains du Coop. Tommy Lee eut aussi l'idée de célébrer le centenaire du Canada en dressant un mât de 100 pieds dans le parc Bertold. S'inspirant de sa vision, les célébrations du Tricentenaire de Baie d'Urfé, en 1986, soulignèrent le rôle historique de la ville. Il reste à souhaiter que l'histoire de notre ville continue de susciter un tel intérêt. Il y a quelques années, elle a été la scène d'une rencontre historique : en 1987, les Lalonde d'Amérique ont organisé une grande réunion et ont dévoilé un monument dans le parc Bertold à la mémoire de leur premier ancêtre au Canada, notre premier colon, Jean de la Londe.

Bibliothèque Baie d'Urfé, 20551 rue Bord du Lac

Heures d'ouverture:
Lundi, mardi, jeudi, vendredi 14h30 – 17h00, 19h30 – 21h00
Mercredi 10h00 – 12h00, 14h30 – 21h00
Samedi 10h00 – 12h00
Dimanche 14h00 – 16h00

Il y a 33008 articles disponibles pour le prêt dans la bibliothèque : 17 066 livres pour adultes anglophones et francophones, 13 364 livres jeunesse pour les jeunes anglophones et francophones, 48 magazines et 2530 documents audio-visuels (cassettes et C.D.) Évidemment ces chiffres varient car les bénévoles de la bibliothèque effectuent régulièrement des achats. Per capita, la bibliothèque de Baie d'Urfé offre un plus grand nombre de livres que les bibliothèques de la ville de Montréal. Pour des renseignements supplémentaires, veuillez appeler le 457-3274

Le Club Aquatique Baie d'Urfé, 20613 rue Bord du Lac

Le Club offre des cours de natation de la Voie Olympique, de polo aquatique, de nage synchronisé, de plongeon, ainsi que des programmes pour adultes. Pour obtenir des renseignements pour l'adhésion, veuillez contacter Gail Moorecroft à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou regarder leur site internet:

Club de Curling de Baie d'Urfé, 20599 rue Bord du Lac

Le Club offre un programme complet d'activités de curling pour les adultes et pour les enfants. Pour des renseignements supplémentaires, s'adresser à John Overton au 697-4971 ou regarder le site internet du Club: www.bdcc.ca.

Club de Tennis de Baie d'Urfé, 20617 rue Bord du Lac

Amusez-vous à tous les niveaux: leçons, tournois, équipes, événements sociaux, le tout dans une atmosphère chaleureuse. Les formulaires d'adhésion sont disponibles à l'Hôtel de Ville, à la Bibliothèque ou au Club de Tennis. Pour des renseignements supplémentaires, s'adresser à Margaret Hill au (450) 451-5060 ou au Club au 457-2131.

 Le Yacht Club de Baie d'Urfé, 20650 rue Bord du Lac

 n été fort agréable vous attend au Yacht Club de Baie d'Urfé:
Des cours de voile s'adressent aux parents;
Des cours de voile pour les enfants sont offerts conjointement avec le Yacht Club de Beaconsfield;
Des courses à toutes les semaines;
Des soirées barbecue.

Pour des renseignements supplémentaires, visiter le site internet à www.bdyc.com.

Le club de bateau Baie d'Urfé (BDBC) est l'endroit idéal, sécuritaire et non dispendieux pour amarrer votre voilier ou bateau-moteur. Le club est situé entre le centre communautaire Fritz et l'hôtel de ville Baie d'Urfé sur le chemin Lakeshore près de l'avenue Morgan. BDBC est ouvert de la mi-mai et la mi-octobre. Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements, sur le site-web http://www.geocities.com/axlerod_ca/boat2.html

Domaines Québec Estates - Tous droits réservés

Nous offrons des services immobiliers personalisés (ventes de maisons, de commerces, fermes et terrains) dans les villes suivantes: Montréal, Ville-Marie, Sud-Ouest, Verdun, Plateau Mont-Royal, Rosemont-la-Petite-Patrie, Mercier, Hochelaga-Maisonneuve, Villeray, Saint-Michel, Parc extension, Ahuntsic, Cartierville, Ville St-Laurent, Anjou, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies, Pointe-aux-Trembles, St-Léonard, Île-des-Sœurs, Beaconsfield, Île Perrot, Senneville, Ste-Anne-de-Bellevue, Kirkland, l’Île Bizard, Sainte-Genevieve, Pierrefonds-Roxboro, Baie d’urfé, Montréal-Est, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Pointe-Claire, Lachine, Ville Lasalle, Centre-ville, Vieux-Montréal, Côte St-Luc, Hampstead, Westmount, Outremont, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Côte-des-Neiges, Notre-Dame-de-Grace,West-Island, Gatineau, Almyer, Pontiac, Gracefield, Luskville, La Pêche, Wakefield, L'Ile-aux-Allumettes, Chelsea, Shawville, Hemmingsford.